mona peintre tsigane

18.11.05

mona peintre tsigane

mona peintre tsigane

http://csocialbeutre.canalblog.com/

les vendanges tardives peint par Mona



Les vendanges tardives

La Gadji et la Manouche,
C’est étrange, j’ai rêvé un jour d’une rencontre entre une femme manouche et une jeune gadji Et un jour tout était là pour que ce rêve se réalise: la simplicité, l’honnêteté, la joie de vivre. C’est simple comme les couleurs, les sourires, la vie, la nature, les fleurs…La dame manouche elle a de la bonté dans le cœur, elle a : dans les yeux une lumière qui te rassure et sa voix t’irradie de joie de vivre. Elle a un don quand sa main touche un pinceau elle te fait voyager à travers ses rêves, ses couleurs et notre cœur est plus léger comme une plume cela te fait oublier ton quotidien tu t’évades un temps dans ta tête… elle veut être heureuse et que les autres soient heureux….La jeune Gadji elle, elle rêve de rencontres de connaître les autres, de voyages …Elle voyage à travers les autres dans leurs vies leurs passés, les autres lui parlent, ils pleurent, ils rient et cela la rend plus forte elle apprend elle construit. Elle a un don quand elle sourit elle te soulage tu te sent plus léger et plus fort… elle veut être heureuse et que les autres soient heureux…Deux personnes : deux cultures différentes, deux vies et pourtant quand elles s’écoutent : elles se comprennent et elles ont envie de se parler des heures et des heures….C’est une femme qui a voyagée et une jeune qui apprend la vie et malgré la différence d’âge elles s’enrichissent mutuellement dans leur cœur elles ont la sensation dans leur âme de se connaître …… elles se racontent ce en quoi elles croient : leurs espérances, leur sensationsCette rencontre c’est un petit bout de chemin ensemble.. Et ça elles le garderont dans leur cœur c’est comme une chanson de Gloria Lasso : léger, beau, positif…En fait c’est comme une histoire d’amitié et elles espèrent se revoir mais elles savent que quel que soit les événements, elles ont été heureuses de se croiser se rencontrer ….car en fait tout a été simple : simple comme les couleurs, les sourires, la vie, la nature, les fleurs…
Le 19 octobre 05 pour Mona de la part d’une jeune gadji

17.11.05

Mona la seule femme peintre tsigane en France


"Mona, peintre tsigane"

Mona, c'est Julienne METBACH, la douceur et la simplicité même.

Son père avait un petit cirque ambulant et promenait sa famille sur les routes de France pour gagner sa vie. Lorsqu'il fut soigné à l'hôpital de Saint-Quentin, la petite Mona fit quelques dessins pour remercier les médecins et les infirmières. Mais jusqu'à dix-neuf ans, elle continua son travail d'acrobate et de contorsionniste. Alors, ce fut le drame, le père décéda et le cirque fut rituellement brûlé avec tout ce qui lui avvait appartenu. Mona fit alors de la vente au porte à porte. C'est à la cueillette des cerises qu'elle rencontra Matéo avec qui elle eut quatre enfants. Et pour son anniversaire, pour ses cinquante-deux ans, Matéo lui offrit une vraie boîte de peintures.

Depuis, elle ne cesse de peindre et nous de remercier Matéo. Que de chemin depuis : une de ses toiles vient d'être acquise par un musée national. Certains ont comparé sa peinture à celle de Van Gogh. C'est vrai qu'il y a chez elle cet art "brut" qui palie le savoir-faire technique, académique par un travail "brut" de la matière et un émerveillement devant la couleur. Mais le vécu y est fort différent. Mona a connu ces petits matins embrumés quand le camp s'éveillait dans les vapeurs bleutées. Qui aurait pu faire jaillir de sa mémoire ces verdines au repos, ces instants d'une vie que peu ont connu telle ?